C'est quoi la Parti Populaire du Canada (PPC)?

À propos de notre chef de parti

Notre chef de parti est Maxime Bernier. Maxime Bernier a perdu la course à la direction du parti Conservative a Andrew Scheer et a quitté le Parti Conservative pour former le Parti populaire du Canada. M. Bernier est contre tous ceux qui opposent nos Droits à la liberté de pensée, de conviction, d’opinion et d’expression1, à la liberté de la presse et aux autres communications des médias2, énoncés et proclamés dans notre Charte des Droits et Libertés. Il pense que tout le monde a une voix et devrait pouvoir s'exprimer librement sans être censuré et qualifié de raciste et / ou intolérant. Il s'oppose fermement au déclaration C-163a et à la motion M-1033b, qui constituent une violation flagrante de notre droit à la liberté d'expression, ce qui nous oblige à nous soumettre à la censure, ainsi qu'à la discrimination fondée sur la religion3b et le sexe (genre)3a. Il est également fermement opposé à un attentat contre les médias, qui constitue également une violation flagrante de notre Charte des Droits et Libertés, qui dispose que nous disposons de la liberté de la presse (article 2, paragraphe b). Cela interdit aux médias de parler librement et ne doit rapporter que ce qu'on leur dit de faire. S'il est élu, Maxime Bernier rétablira tous nos droits et libertés énoncés dans notre Charte des Droits et Libertés (1981).

Père de deux filles, M. Bernier a été reconnu comme un homme politique fiable, qui a toujours raison. C'est un homme plein d'idées, qui croit en la responsabilité personnelle et la liberté est au cœur de ses visions politiques. À plusieur reprises, il a exprimé ces valeurs dans ses déclarations politiques et il est fermement résolu à réduire la taille de notre gouvernement. Élu député du Parlement en janvier 2006, il représente la circonscription électorale de Beauce au Québec avec plus de 50% des voix à chaque fois qu'il a cherché à être réélu. En août 2018, il a quitté le parti conservateur pour devenir député indépendant jusqu'à former le Parti populaire du Canada. Sa conviction des libertés fondamentales et du retour de la prospérité au Canada, en plus d'être le seul parti politique de droite restant, lui a valu un nombre considérable de partisans et de partisans et a battu le record canadien de tout nouveau parti politique au Canada. plus de 95% des candidats, depuis la formation du parti, dans un délai aussi court avant une élection fédérale. Depuis la formation du parti en septembre 2018, il a rassemblé plus de 78,925% des candidats au parti au cours des trois premiers mois et est passé à 95% en juin 2019.

En quoi nous croyons

Le Parti populaire du Canada croit que les Canadiens doivent avoir la priorité dans les affaires concernant notre pays. Nous croyons que tous les Canadiens ont une voix et devraient pouvoir s'exprimer librement sans faire preuve de prudence. Nous pensons que ce que certaines personnes trouvent politiquement incorrect, offensant ou même haineux ne peut servir de base légale à la discrimination et à la censure. Les Canadiens devraient être en mesure de jouir de la liberté maximale de conscience et d'expression garantie à l'article 2 de la Charte. Nous croyons aux droits fondamentaux énoncés dans la Charte Canadienne des Droits et Libertés (1981) et dans la Déclaration Canadienne des Droits (c.1960) et nous régirons en utilisant ces droits comme base de toutes nos décisions. Nous, le parti et notre chef, estimons que nous pouvons équilibrer les budgets au cours des deux premières années de la législature. Nous croyons aussi fondamentalement que nos anciens combattants sont maltraités et exploités et nous leur redonnerons leur gloire passée et la respectabilité que nous avions autrefois pour eux. Nos citoyens sont contraints de sortir dans la rue alors que les non-Canadiens sont hébergés et placés dans des hôtels cinq étoiles. Notre parti accordera la priorité aux citoyens canadiens sans abri et veillera à ce qu'ils soient correctement abrités avant tout.

Nos vraies recherches prouvent que l'alarmisme face au changement climatique est basé sur des modèles erronés qui n'ont jamais réussi à prédire correctement l'avenir. Aucune des prédictions cataclysmiques faites depuis les années 1970 ne s'est réalisée. Pas de nouvelle ère glaciaire. Pas de réchauffement constant en relation directe avec l'augmentation des niveaux de CO2. Pas de disparition des calottes polaires. Pas de hausse exceptionnelle du niveau des océans. Aucune augmentation anormale des événements météorologiques catastrophiques. Pas d’effondrement de l’agriculture et de famine généralisée. Il est indéniable que le climat mondial a toujours changé et continuera de changer. Jusqu'à il y a douze mille ans, une grande partie du Canada était recouverte de glace, et c'est grâce au changement climatique naturel que nous pouvons aujourd'hui vivre ici.
En fait, le CO2 est bénéfique pour l'agriculture et il y a récemment eu un « verdissement » mesurable du monde en partie grâce à des niveaux plus élevés. Malgré ce que prétend la propagande sur le réchauffement, le CO2 n'est pas un polluant. C'est un ingrédient essentiel à la vie sur Terre et nécessaire à la croissance des plantes.

Notes

1Le paragraphe (b) de l'article 2 stipule que toute personne a les libertés fondamentales, y compris la liberté de pensée, de croyance, d'opinion et d'expression énoncées dans la Charte canadienne des Droits et Libertés (1981);
2Le paragraphe (b) de l'article 2 stipule que toute personne a les libertés fondamentales, y compris la liberté de la presse et des autres moyens de communication énoncées dans la Charte canadienne des Droits et Libertés (1981);
3La section 6 (article 15, paragraphe 1) indique clairement "La loi ne fait acception de personne et s'applique également à tous, et tous ont droit à la même protection et au même bénéfice de la loi, indépendant de toute discrimination, notamment des descriminations fondées sur la race, l'origine nationale ou ethnique, la couleur, (b) la religion, (a) le sexe, l'âge ou les déficiences mentales ou physiques." [ Cité de: Charte canadienne des droits et libertés (1981) ]